Ce que le nouveau musulman doit faire et ne plus faire

Ce que le nouveau musulman doit faire et ne plus faire

Ce que le nouveau musulman doit faire et ne plus faire
5 (100%) 1 vote[s]

Ce que le nouveau musulman doit faire et ne plus faire

Ce que le nouveau musulman doit faire et ne plus faire

Louange à Allâh, et prière et salut pour notre Prophète Mouhammed, sur sa famille et ses compagnons. Ceci dit: Allâh a certes créé la création pour L’adorer. Allâh -Très-Haut soit-Il-a dit :

“Je n’ai certes créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent” Sourate Adh-Dhêriyêt Verset 56

Mais Allâh, on ne l’adore qu’avec les adorations que Lui a légiférées. C’est pourquoi Il a envoyé Ses Messagers, afin qu’ils montrent aux gens ce qu’Allâh a justement légiféré à Ses serviteurs. Car, adorer Allâh avec des œuvres qu’Il n’a pas légiféré est une adoration nulle.

Allâh a ainsi clôturé l’Envoi des Prophètes par Son Messager Mouhammed ﷺ et Il a intimé à tout le monde l’obligation de le suivre tel qu’Il a dit -qu’Il soit Très-Haut- :

Dis: «Ô hommes! Je suis le Messager d’Allâh pour vous tous…

Ainsi, quiconque ne croit pas en Mouhammed est alors un mécréant; et la religion de Mouhammed ﷺ est l’islam, et Allâh n’accepte de personne aucune autre religion. Allâh -Très-Haut- a dit :

Et quiconque désire une religion autre que l’islam, elle ne lui sera point agréée, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants!

Et l’islam que Mouhammed ﷺ a fait parvenir aux gens est fondé sur cinq piliers que sont: 

  1.  l’Attestation que nul n’est en droit d’être adoré hormis Allâh, et Mouhammed est le Messager d’Allâh,
  2. la pratique de la salât (la prière),
  3. le don de la zakât (l’aumône annuelle),
  4. le jeûne du mois de Ramadan,
  5. et le hajj (pèlerinage) à la Maison sacrée d’Allâh (à Makka) pour celui qui le pourra.

Ce que devra faire celui qui veut se convertir à l’islam :

Il doit tout d’abord prononcer les deux Attestations susmentionnées, et ensuite il réalisera les autres piliers de l’islam de la manière suivante:

Il dira: « ach-hadou èn lê ilêha illa Allâh, wa ach-hadou anna Mouhammadèn raçoûlou Allâh (ce qui signifie : J’atteste que nul n’est en droit d’être adoré en dehors d’Allah et j’atteste que Mouhammed est le Messager d’Allâh). » Il prononcera manifestement cette Attestation.

Il accomplira les cinq prières (celles du Fajr (l’aube), du Dhohr (midi), du ‘Asr (après-midi), du Maghrib (crépuscule) et celle du Icha; il le fera de jour comme de nuit, et durant la vie tout entière.

El Fajr en deux cycles ou unités, adh–Dhohr et el ‘Asr, chacune en quatre unités, el Maghrib en trois unités et el ‘Icha en quatre unités. Il n’accomplira ces salâts qu’après avoir fait les ablutions (el woudô’), et ce en lavant tout le visage, les deux mains jusqu’aux poignées et en essuyant la tête et aussi en lavant les deux pieds jusqu’aux chevilles. Il fera cela avec une eau pure.

Et si ce nouveau musulman possède de l’argent en plus de ses besoins [1] ,il devra en soustraire le quart d’un dixième (2,5%), et le donner en zakêt (aumône) pour les pauvres, chaque année. Et si son argent n’excède pas ses besoins, dans cas, il n’aura pas à s’acquitter de la zakêt.

Il devra également accomplir le jeûne de Ramadan, qui est le neuvième mois de l’année hégirienne, (il s’abstiendra de manger, de boire et de faire le rapport conjugal avec son épouse, à partir du lever de soleil jusqu’à son coucher). Il se contentera de manger, de boire et d’accomplir le rapport avec sa femme dans la nuit seulement.

Si le nouveau musulman possède la capacité financière et physique, il devra accomplir le hajj (pèlerinage) à la Maison sacrée d’Allâh. Il le fera seulement une fois dans la vie. Et s’il a la capacité financière sans la capacité physique, parce qu’il est par exemple trop âgé ou souffre d’une maladie chronique, dans un tel cas, il chargera quelqu’un qui fera le hajj à sa place, et une fois uniquement.
Le reste des obéissances (ou des œuvres pieuses) est complémentaire pour ces cinq piliers.

Ce qui incombe au musulman de délaisser :

Il doit délaisser l’association (ou le polythéisme), avec tous ses types, qui est une adoration à autre qu’Allâh. En fait partie, le fait d’invoquer les morts, d’égorger les bêtes pour eux, et de leur adresser des vœux.

Il doit délaisser les innovations (el bid’a), que sont les adorations non légiférées par le Messager d’Allâh Mouhammed ﷺ conformément à son hadith : «Quiconque accomplit une œuvre ne faisant pas partie de notre ordre, elle sera donc rejetée.» C’est-à-dire, qu’elle ne sera pas acceptée.

Il doit délaisser l’usure (les intérêts), les jeux de hasard, les pots-de-vin (la corruption), le mensonge dans les échanges commerciaux (tractations) et la vente des produits et des marchandises religieusement illicites.

Il doit délaisser la fornication (ou l’adultère), qui est d’accomplir un rapport avec une autre femme que son épouse légale; et il doit aussi délaisser la sodomie qui est l’œuvre des homosexuels.

Il doit également délaisser de boire le vin et de manger du porc ainsi que toute viande d’une bête égorgée pour autre qu’Allâh; et de manger aussi des bêtes mortes sans égorgement.

Il délaisse de se marier avec des femmes mécréantes, en dehors des femmes des Gens du Livre (juives et chrétiennes). Il doit quitter sa femme si elle est mécréante et ne faisant pas partie des Gens du Livre, sauf si elle se convertit avec lui à l’islam ou au moment de sa période d’attente prescrite (el ‘idda).

Si la circoncision ne lui est pas nocive, il la fera chez un médecin musulman.
S’il a la possibilité de quitter le pays des mécréants pour aller vivre dans un pays d’islam, il le fera. Sinon, il restera dans son pays, tout en tenant fermement à sa religion.

Traduit de l’arabe par Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên Ayad
Publié par KabylieSounna

Shaykh Salih Ibn Fawzaan Al Fawzaan الشيخ صالح بن فوزان الفوزان