Compilation de 21 fatawa à propos de la mort et de la salat janaza

Compilation de 21 fatawa à propos de la mort et de la salat janaza

Compilation de 21 fatawa à propos de la mort et de la salat janaza

Compilation de 21 fatawa à propos de la mort et de la salat janaza

La prière mortuaire pour les hommes et pour les femmes

Question :

L’obligation de la prière pour les morts s’impose t-elle aux hommes particulièrement ou concerne t-elle tous les musulmans, [c’est-à-dire] les hommes et les femmes à la fois ?

Réponse :

La prière pour le mort est une obligation communautaire, et si une partie parmi elle l’accomplit, les autres en sont dispensés. Si l’ensemble la délaisse sciemment, ils commettent un péché. Elle ne concerne pas les hommes particulièrement ; plutôt la prière du mort est légiférée pour les femmes et les hommes, mais le fondement [sur la question] est que les hommes en sont les principaux concernés. Aussi, les femmes ne doivent pas participer au convoi funèbre compte tenu de ce qui a été authentifié du dire de Umm ‘Atiyah : « Il nous était interdit de suivre les convois funèbres, sans toutefois que cette interdiction soit de rigueur. » Rapporté par al-Bukhârî et Muslim. Selon une version : « Le Messager d’Allâh ﷺ nous a interdit… »

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 8/417-418

السؤال : واجب للصلاة على الميت هو ضروري لرجال أعربت عن قلقها بشكل خاص أو يعني كل المسلمين، [وهذا يعني] الرجال والنساء على حد سواء؟

الجواب :
الصلاة على الميت هو التزام المجتمع، وإذا كان بعض أحد يفعل ذلك، والبعض الآخر معفى. إذا كان كل يهمل عن قصد أنهم يرتكبون خطيئة. أنها لا تتصل ولا سيما الرجال. بدلا من ذلك، الصلاة هي الموت تشريعية للنساء والرجال، ولكن الأساس [قضية] هو أن الرجال هم المعنية الرئيسية. أيضا، يجب على النساء عدم المشاركة في جنازة في ضوء ما تم المصادقة القول أم عطية: “لم يسمح لنا لمتابعة المواكب الجنائزية، ولكن هذا الحظر إلزامي. “رواه البخاري ومسلم. وفقا لإصدار واحد: “كان رسول الله (صلى الله عليه وسلم) نهانا …” [1

Attitude de la femme lors du décès de son mari

Question :

Quels sont les devoirs de l’épouse envers son mari défunt ?

Réponse :

La femme qui perd son mari peut sortir de sa maison par nécessité. Elle doit éviter toute parure, les beaux vêtements, les bijoux, les parfums, l’encens, le maquillage… Il lui est permis de parler aux gens au téléphone, par exemple, de monter sur la terrasse regarder la lune, contrairement à ce que disent certaines personnes : selon eux, la femme en période de viduité ne doit pas regarder la lune, car la lune représente le visage d’un homme, et lorsqu’elle regarde la lune, cela équivaut au fait qu’un homme l’a regardé. Tout ceci fait partie des croyances populaires, et elle peut faire dans sa maison ce qu’elle veut, monter à l’étage ou descendre, comme il lui plaît.

Fatwa de cheikh Otheimine
Kitâb Da’wa (5), (2/131).

Le vêtement noir durant la période de viduité

Question :

Est-il permis de mettre un vêtement noir pour le deuil d’un défunt, surtout s’il s’agit de son mari ?

Réponse : Se vêtir de noir en cas de malheur est une habitude fausse et sans fondement, et il convient devant un malheur de faire ce qui est conforme à la Loi islamique. Il convient de dire : « Nous appartenons à Allah et c’est vers Lui que nous retournons ; ô Allah, récompense-moi dans mon malheur et fais-le suivre par ce qui est meilleur pour moi. » Si la personne dit cela avec foi et en comptant sur Allah, qu’Il soit Glorifié, Allah la récompense et lui accorde mieux que ce qu’elle a perdu dans son malheur. Par contre, mettre un vêtement particulier comme le noir ou autre est un acte sans fondement, faux et blâmable.

Fatwa de cheikh Otheimine
Fatâwâ al-Mar’a, page 75

Mettre des versets du Qur’an ou autre sur la tombe d’un défunt

Question :

Est-il permis de mettre un morceau de fer ou une pancarte sur la tombe d’un défunt sur laquelle on écrit des versets du Qur’an en plus du nom du défunt, la date de son décès etc.… ?

Réponse :

Il est interdit d’écrire sur la tombe du défunt des versets du Qur’an ou quoique ce soit, que cela se fasse sur du fer, du bois ou autre selon le hadith de Jaber où il nous informe que le Prophète ﷺ : « A interdit de maçonner la tombe, de s’asseoir et de construire dessus » hadith rapporté par Muslim. Et dans le hadith rapporté par El-Tirmidhi et El-Nassai avec une chaîne de transmission authentique. « Et que l’on écrive dessus (sur les tombes) »

Fatwa du cheikh Ben Baz tirée de son recueil de fatwas
Tome 4 page 337

سؤال: هل يجوز وضع قطعة من الحديد أو ” لافتة ” على قبر الميت مكتوب عليها آيات قرآنية بالإضافة إلى اسم الميت وتاريخ وفاته. إلخ؟
الجواب: لا يجوز أن يكتب على قبر الميت لا آيات قرآنية ولا غيرها، لا في حديدة ولا في لوح ولا في غيرهما. لما ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم من حديث جابر رضي الله عنه أنه صلى الله عليه وسلم: «نهى أن يجصص القبر وأن يقعد عليه وأن يبنى عليه (2) » . رواه الإمام مسلم في صحيحه، زاد الترمذي والنسائي بإسناد صحيح: «وأن يكتب عليه (3) » .

(1) كتاب الدعوة ج1 ص24، 25، 26.
(2) صحيح مسلم الجنائز (970) ، سنن الترمذي الجنائز (1052) ، سنن النسائي الجنائز (2027) ، سنن أبو داود الجنائز (3225) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1563) ، مسند أحمد بن حنبل (3/339) .
(3) سنن الترمذي الجنائز (1052) ، سنن النسائي الجنائز (2027) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1563)

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Les droits et restrictions du laveurs de morts

Question :

Est-il permit aux laveurs des morts de divulguer les bons ou mauvais signes qu’ils décèlent sur les cadavres ?

Réponse :

Il n’y a aucun mal à divulguer les bons signes. Quant aux mauvais, il faut s’abstenir de les évoquer puisqu’on tomberai dans la médisance. Mais, il n’y a aucun mal à dire que certains morts par exemple deviennent noirs ou autre… Cependant, l’interdit est de dire : « J’ai lavé un tel et décelé sur lui tel ou tel mauvais signe » car cela pourrait attrister sa famille et leur porter préjudice.

Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz
Tome 13 page 12

(هل يبين المغسل بعض العلامات من الخير والشر؟ (1

علامات الخير لا بأس بالإخبار عنها، أما الشر فلا؛ لأنها غيبة، لكن لو قال: إن بعض الأموات يكون أسود أو غير ذلك فلا بأس، لكن الممنوع أن يقول غسلت فلانا، ورأيت فيه كذا من علامات الشر؛ لأن ذلك يحزن أهله ويؤذيهم وهو من الغيبة.
(1) من ضمن أسئلة مقدمة لسماحته من الجمعية الخيرية بشقراء

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Se frapper le visage lors d’un malheur

Question :

Quel est le regard de la religion sur les femmes qui se frappent les joues lors d’événements malheureux comme un décès ?

Réponse :

Se frapper les joues, déchirer ses vêtements et pleurer excessivement (an-Niyâha) lors d’un décès est interdit, conformément au hadith du Prophète ﷺ : « Ne fait pas partie (de nous) celui ou celle qui se frappe les joues, déchire ses vêtements et s’appelle par les noms de la Jâhiliyya. » [Bukhari, Muslim] Ceci est confirmé par le hadith du Prophète ﷺ : « Je suis innocent de celles qui élèvent les voix, celles qui arrachent leurs cheveux et déchirent leurs vêtements lors d’un décès. » [Bukhari, Muslim]

Et le hadith prophétique : « Quatre actes font partie de la Jâhiliyya (période pré-islamique) et resteront toujours dans ma communauté : se vanter de ses origines, attaquer la réputation des ancêtres, demander la pluie aux astres et pleurer excessivement (an-Niyâha) les morts. » [Muslim]. Il a dit aussi : « La pleureuse (an-Nâ’iha), si elle ne se repent pas avant la mort, viendra le Jour de la Résurrection vêtue d’un vêtement de goudron (Qatirân) et d’un gilet de gale. » [Muslim]

Lors d’un décès, il faut patienter, espérer la rétribution d’Allah, éviter tous les actes répréhensibles et se repentir de ceux commis auparavant, conformément à la parole d’Allah Exalté :

« Et fais la bonne annonce aux endurants qui disent, quand un malheur les atteint: « Certes, nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons. »[Sourate La vache v155-156] Et Allah leur a promis beaucoup de bien. Il dit : « Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde ; et ceux-là sont les biens guidés. » [Sourate La vache v157]

Fatwa de cheikh Ben Baz.
Fatâwâ al-Mar’a, page 40-41

Les condoléances

Question :

Durant les condoléances, les gens se rassemblent à l’extérieur de la maison du défunt, où sont accrochées des guirlandes. La famille du défunt s’aligne et ceux qui veulent présenter leurs condoléances passent un par un, en posant la main sur la poitrine d’un des membres en disant : « Qu’Allah augmente ta récompense. »Ce rassemblement et ces actes sont-ils conformes à la Sunna ? Si non, quelle est la pratique authentique pour les condoléances ? Eclaircissez-nous, qu’Allah vous récompense.

Réponse :

Cette façon de faire n’est pas conforme à la Sunna et est dépourvue, à notre connaissance, de fondement dans la Loi islamique. Plutôt, les condoléances dans la Sunna n’ont pas de protocole précis, et ne comporte pas de rassemblement comme cité ci-dessus. Le musulman présente ses condoléances à son frère chez lui, dehors, dans la mosquée ou au cimetière, après que l’âme aie quitté le défunt, avant ou après la prière. Il peut aussi lui serrer la main et lui dire des invocations appropriées comme : « Qu’Allah augmente ta récompense, t’aide à supporter avec patience, et efface ton malheur. » Si le défunt est musulman, on prie Allah pour qu’Il lui pardonne et lui fasse miséricorde. De même, les femmes entre elles, l’homme avec la femme et vice versa, sans qu’il y ait de tête à tête et sans lui serrer la main, si la femme fait partie de celles qu’il peut épouser. Qu’Allah aide les musulmans à comprendre leur religion, à s’y attacher, c’est Lui le Meilleur Auquel on peut demander.

Fatwa de cheikh Ben Baz
Majmu’ Fatâwâ wa Maqâlât Mutanawicat, tome 5, p. 345

تقام مراسم العزاء، يتجمع الناس عند بيت المتوفى خارج المنزل، توضع بعض المصابيح الكهربائية (تشبه تلك التي في الأفراح) ويصطف أهل المتوفى، ويمر الذين يريدون تعزيتهم يمرون عليهم واحدا بعد الآخر، ويضع كل منهم يده على صدر كل فرد من أهل المتوفى ويقول له: (عظم الله أجرك) فهل هذا الاجتماع وهذا الفعل مطابق للسنة؟ وإذا لم يوافق السنة فما هي السنة في ذلك؟ أفيدونا جزاكم الله خيرا.

هذا العمل ليس مطابقا للسنة، ولا نعلم له أصلا في الشرع المطهر، وإنما السنة التعزية لأهل المصاب من غير كيفية معينة ولا اجتماع معين كهذا الاجتماع، وإنما يشرع لكل مسلم أن يعزي أخاه بعد خروج الروح في البيت أو في الطريق أو في المسجد أو في المقبرة، سواء كانت التعزية قبل الصلاة أو بعدها، وإذا قابله شرع له مصافحته والدعاء له بالدعاء المناسب مثل (أعظم الله أجرك وأحسن عزاءك وجبر مصيبتك) . وإذا كان الميت مسلما دعا له بالمغفرة والرحمة، وهكذا النساء فيما بينهن يعزي بعضهن بعضا، ويعزي الرجل المرأة والمرأة الرجل، لكن من دون خلوة ولا مصافحة إذا كانت المرأة ليست محرما له.. وفق الله المسلمين جميعا للفقه في دينه والثبات عليه، إنه خير مسئول.

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Faire appel au service d’un lecteur du Qur’an pour le mort

Question :

Quel est le regard de la religion sur le fait de payer une personne pour lire du Qur’an sur l’âme d’un mort ?

Réponse :

Ceci est une innovation et ni le lecteur, ni le mort n’auront une récompense, car le lecteur l’a fait pour l’argent et tout acte fait pour la vie d’ici-bas ne rapproche pas son auteur d’Allah et ne sera pas récompensé par Lui. Par conséquent, cet acte est une œuvre vaine et un gaspillage de l’argent des héritiers. Il faut prendre garde à cela, car c’est une innovation et un acte répréhensible.

Fatwa de cheikh Otheimine.
Al-Majmû uth-Thamîn, tome 1

Le fait de pleurer sur le mort

Question :

Au Soudan, il existe beaucoup d’actes répréhensibles et d’innovations. Par exemple, dans les funérailles, on trouve des femmes pleureuses autour du mort. Quel est le regard de la religion sur cet acte ?

Réponse :

Selon mes connaissances, le Prophète ﷺ a maudit la pleureuse (an-Nâ’iha). C’est une femme qui pleure le mort à la manière du roucoulement du pigeon et le Prophète ﷺ l’a maudite car cela augmente la gravité du malheur et le regret, ce qui peut inciter les femmes, sous l’influence de Satan, à se révolter contre le destin d’Allah (al-Qadr).
Ces réunions après la mort au cours desquels on pleure et on se griffe le visage sont interdites et sont des réunions où se commettent de grands péchés.
Il incombe au musulman d’accepter la décision d’Allah. Quand une personne perd un proche, qu’elle dise :
« Certes, nous appartenons à Allah et c’est vers Lui que nous retournons. Ô Seigneur ! Accorde-moi une rétribution dans mon malheur et fais-la suivre d’une chose bien meilleure. »

Si la personne dit cela avec une bonne intention, en croyant à la véracité du Messager d’Allah ﷺ Allah le Très-Haut et Exalté lui accordera une rétribution et fera suivre ce malheur d’une chose bien meilleure. C’est ce qui s’est produit avec la Mère des Croyants, Um Salama رضي الله عنها quand elle a perdu son mari. Croyant à la parole du Prophète ﷺ : « Allah, accorde-moi une rétribution dans mon malheur et fais-la suivre d’une chose bien meilleure » [Muslim];

Effectivement, après sa période de viduité, le Prophète ﷺ qui était mieux qu’Abû Salama – cela ne fait aucun doute, l’a demandée en mariage et la rétribution dépend d’Allah Exalté et Très-Haut. Par conséquent, devant le malheur, l’homme doit faire preuve de patience, de persévérance et espérer la rétribution d’Allah le Très-Haut. Par contre, ces réunions où l’on se griffe et on pleure sont interdites et les musulmans doivent les désapprouver et les éviter.

Fatwa de cheikh Otheimine
Nûr ala ad-Darb, page 64-65

Est-il permis de faire vœux de condoléances aux proches d’une mauvaise personne ?

Question :

Il arrive parfois qu’une personne décède, d’un suicide, ou après avoir consommer une importante quantité d’alcool, ou à la suite d’une agression mortelle a fin de se débarrasser de ses actes néfastes … Est-il permis d’aller consoler la mère du défunt ou l’un de ses proches ? Je suis très hésitant, ne sachant pas s’il faut y aller ou pas … ?

Réponse :

Il n’y a aucun mal à leur présenter ses condoléances. Bien au contraire, ceci est souhaitable, même si le défunt a désobéi à Allah en commettant le suicide ou un autre acte (fatal). Il est aussi recommandé de présenter ses condoléances à la famille d’une personne exécutée selon la loi du talion, ou dans le cadre de l’application d’une peine normale telle que celle de l’adultère. Ceci est aussi valable pour la personne décédée suite à un abus d’alcool. Il n’y a aucun mal à présenter ses condoléances à leur famille et à demander à Allah de le pardonner et d’accorder sa miséricorde à lui et aux personnes décédé de la même manière.
Ces morts doivent être lavés (normalement) et doivent bénéficier de la prière du défunt. Celle-ci ne doit pas être dirigée par un haut dignitaire musulman tel que le sultan ou le juge ou d’autres (personnalités de haut rang) mais, cela doit être confié à des personnes (ordinaires). Cette rétribution a pour but de dissuader (les autres) du mauvais comportement du défunt.
Quant à la victime d’une agression, elle est tuée injustement. Pour cela, on accomplit la prière du défunt et invoque Allah pour lui, à condition qu’il soit musulman. Celui qui est tué dans le cadre de l’application de la loi du talion bénéficie aussi de cette prière, nous devons aussi invoquer Allah pour lui et présenter nos condoléances à sa famille, à condition toujours qu’il soit musulman et n’ait pas commis l’apostat.
Allah est le garant de l’assistance.

Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz
Tome 13 page 374

السكر المؤدية للوفاة، أو شخص اعتدي عليه للخلاص من شره فهل يجوز مواساة والدة المتوفى بسبب من هذه الأسباب، أو غيرها ممن يمت له بصلة، حيث إنني أتردد كثيرا، هل أذهب أم لا؟ (1

 لا بأس بالتعزية، بل تستحب، وإن كان الفقيد عاصيا بانتحار أو غيره، كما تستحب لأسرة من قتل قصاصا، أو حدا، كالزاني المحصن، وهكذا من شرب المسكر حتى مات بسبب ذلك، لا مانع في تعزية أهله فيه، ولا مانع من الدعاء له ولأمثاله من العصاة بالمغفرة والرحمة، ويغسل ويصلى عليه، لكن لا يصلي عليه أعيان المسلمين مثل السلطان والقاضي ونحو ذلك، بل يصلي عليه بعض الناس من باب الزجر عن عمله السيئ. أما من مات بعدوان غيره عليه فهذا مظلوم، يصلى عليه ويدعى له إذا كان مسلما، وكذا من مات قصاصا- كما تقدم- فهذا يصلى عليه ويدعى له ويعزى أهله في ذلك إذا كان مسلما ولم يحصل منه ما يوجب ردته. والله ولي التوفيق.

(1) سبق نشره في (الجزء الرابع) ص227 من هذا المجموع.

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

La récitation de la sourate Al-Fâtiha sur les tombes

Question :

Quel est le regard de la religion sur la visite des tombes et la récitation de la sourate Al-Fâtiha, particulièrement sur les tombes des Walî – comme on les appelle dans certains pays arabes frontaliers – bien que ceux qui le font disent : « Je ne veux pas commettre un acte de polythéisme, mais si je ne visite pas ce Walî, il vient dans mes rêves et me demande pourquoi je ne l’ai pas visité. » Quel est le regard de la religion sur cette attitude ? Qu’Allah vous récompense.

Réponse :

Il est permis aux hommes musulmans de visiter les tombes comme Allah l’a légiféré par l’intermédiaire de Son Prophèt ﷺ : « Visitez les tombes, cela vous rappellera l’au-delà. » [Muslim] Dans le Sahîh de Muslim, selon Burayda ibn Al-Hasîb رضي الله عنه le Prophète ﷺ enseignait à ses Compagnons, lors de la visite des tombes, de dire :
« Que le salut soit sur vous, ô gens de ces demeures, parmi les croyants et les musulmans, et nous allons, si Allah le veut, vous rejoindre. Nous demandons à Allah le salut pour nous et pour vous. Qu’Allah accorde Sa grâce à ceux qui sont morts avant nous et à ceux qui vont les suivre. »

Dans un autre hadith authentique, selon A’icha رضي الله عنها le Prophète ﷺ disait lors de la visite des tombes :
« Que le salut soit sur vous, ô gens de ces demeures, parmi les croyants et les musulmans, et nous allons, si Allah le veut, vous rejoindre. Nous demandons à Allah le salut pour nous et pour vous. Qu’Allah accorde Sa grâce à ceux qui sont morts avant nous et à ceux qui vont les suivre ; qu’Allah pardonne aux morts de Baqîca al-Gharqad. » [Muslim]

Lors de la visite, le Prophète ﷺ ne récitait ni la sourate Al-Fâtiha, ni d’autres versets du Qur’an, et c’est plutôt une innovation et le Prophète ﷺ :
« Quiconque invente dans notre religion ce qui lui est étranger, cela lui est rejeté. » [Al Boukhari]
Dans la version de Muslim : « Quiconque pratique une œuvre n’appartenant pas à notre religion, cela lui est rejeté. »

Dans Sahîh Muslim, selon Jâbir ibn Abdillah Al-Ansâr رضي الله عنه le Prophète ﷺ disait dans le prône de la prière du vendredi : « Certes la meilleure parole est le Livre d’Allah, la meilleure pratique est celle de Muhammad et les pires des choses sont les inventions et chaque innovation est un égarement. » An-Nassâ’î ajoute, dans sa version : « Et chaque égarement mène en Enfer. »

Il incombe donc au musulman de s’en tenir à la sainte Loi, et de se prémunir des innovations au sujet de la visite des tombes et dans d’autres domaines. La visite des tombes des musulmans, qu’ils soient appelés Walî ou non, est autorisée, puisque tout croyant et croyante sont des Walî, comme Allah, qu’Il soit Glorifié, le dit :
« En vérité, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, * Ceux qui croient et qui craignent [Allah]. » [Sourate Younouss]

Et le Très-Haut dit : « Quoi qu’ils n’en soient pas les gardiens, car ses gardiens ne sont que les pieux. Mais la plupart d’entre eux ne le savent pas. » [Sourate le Butin] Mais il n’est pas permis aux visiteurs et ni même à ceux qui ne les visitent pas, d’invoquer les morts, de leur demander assistance, faire des vœux pour eux, faire des sacrifices à côté des tombes ou à n’importe quel endroit spécifique à ces pratiques polythéistes, afin que les morts intercèdent, guérissent leurs malades, les fassent triompher sur l’ennemi ou tout autre service, car tout cela fait partie de l’adoration et l’adoration doit être vouée exclusivement à Allah. En effet, Allah dit dans le Qur’an : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif. » [Sourate la Preuve] Et Il dit, qu’Il soit exalté : « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » [Sourate qui éparpillent] Le Très-Haut dit aussi : « Les mosquées sont consacrées à Allah : n’invoquez donc personne avec Allah. » [Sourate les Djinns]

Il dit encore, qu’Il soit exalté : « Et ton Seigneur a décrété : « N’adorez que Lui ».» [Sourate le Voyage Nocturne] Il dit, qu’Il soit exalté : « Invoquez Allah donc, en Lui vouant un culte exclusif, quelque répulsion qu’en aient les mécréants. » [Sourate le Pardonneur] Il dit, qu’Il soit exalté : « Dis : « En vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre. » [Sourate les Bestiaux]
Et beaucoup de versets convergent dans ce sens.

Dans la Sunna authentique, le Messager d’Allah ﷺ a dit :
« Le droit d’Allah sur Ses serviteurs est qu’ils L’adorent sans rien Lui associer. » [Al Bukhari et Muslim]
Cela englobe toutes les adorations comme la prière, le jeûne, l’inclinaison, la prosternation, le pèlerinage, les invocations, le sacrifice, les vœux et autre, comme il a été spécifié dans les versets précédents. Dans le Sahîh Muslim, selon Alî رضي الله عنه le Prophète ﷺ a dit : « Allah a maudit celui qui égorge pour autre qu’Allah. » [Muslim]

Dans le Sahîh Muslim également, selon Umar ibn Al-Khattâb رضي الله عنه le Prophète ﷺ a dit : « Ne me prodiguez pas excessivement des éloges, comme les Nazaréens l’ont fait pour (Jésus) le fils de Marie, je ne suis qu’un serviteur. Alors appelez-moi : le serviteur d’Allah et Son Messager. »

Les hadiths qui exhortent à adorer Allah Seul et interdisent le polythéisme et les moyens qui y mènent, sont nombreux. Cependant, la visite des tombes pour les femmes sont interdites, car le Messager ﷺ a maudit les visiteuse des tombes. La sagesse dans cette interdiction, et Allah est Plus Savant, réside peut-être dans le fait que leur visite peut causer une séduction pour elles et pour les hommes. En effet, la visite des tombes au début de l’islam était interdite pour prévenir le polythéisme, mais quand l’islam s’est propagé et les principes de l’unicité se sont affermis, le Prophète ﷺ a permis la visite des tombes à tous et à toutes. Puis, il l’a interdite aux femmes pour prévenir la séduction.

Concernant les tombes des mécréants, il n’y a pas de mal à les visiter, pour le rappel et les enseignements. Mais il ne faut pas invoquer Allah et implorer Son pardon pour eux, conformément au hadith dans Sahîh Muslim, dans lequel le Prophète ﷺ a demandé la permission à son Seigneur pour qu’Il pardonne à sa mère, ce qui a été refusé. Puis, Il a demandé à Allah la permission de visiter sa tombe, ce qui a été accepté. En effet, elle est morte en suivant la religion de son peuple (c’est-à-dire, dans la mécréance).

Je demande à Allah d’aider les musulmans hommes et femmes à comprendre leur religion, à l’appliquer dans les actes, les paroles et la croyance et de les protéger contre tout ce qui contredit la Sainte Loi. Il est le Seul Qui a le pouvoir de le faire. Et les prières et le salut d’Allah sont sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.

Fatwa de cheikh Ben Baz.
Revue des Recherches Islamiques, n° 42, page 132-134

La visite des cimetières par les femmes

Question :

Est-ce que la visite des cimetières est permise pour les femmes ?
(Ce sujet est sujet à divergence entre les savants. Voir Ahkâm ul-Janâ’iz de cheikh Al-Albânî.)

Réponse :

Dans un hadith authentique, le Messager d’Allah ﷺ a maudit les visiteuses des tombes. Ce sont les hadiths rapportés par Ibn ‘Abbâs, Abû Hurayra et Hassân ibn Thâbit al-Ansârî, qu’Allah les agrée. Les savants en ont déduit que la visite pour les femmes est interdite, car le fait de maudire implique l’interdiction, et même plus qu’interdit, car cet acte fait partie des péchés majeurs. En effet, selon les savants, toute désobéissance faisant l’objet d’une menace ou d’un bannissement est compté parmi les péchés majeurs. Par conséquent, la visite des tombes pour les femmes n’est pas seulement déconseillée, mais interdite. La cause, et Allah est Plus Savant, est qu’elles sont, en général, peu patientes, ce qui peut entraîner de leur part des désobéissances, et de plus, elles sont une source de séduction. Par conséquent, leur visite aux tombes et leur participation aux convois funèbres peuvent séduire les hommes et elles peuvent être séduites par les hommes. Mais la Loi islamique universelle est venue pour couper court aux moyens qui incitent à la corruption et à la séduction. Ceci est la miséricorde d’Allah pour Ses serviteurs, qu’Il soit Exalté. Dans un autre hadith, le Prophète ﷺ a dit : « Je n’ai pas laissé une source de séduction pire que les femmes. »[1]

Donc, il faut couper court à tous les moyens incitant à ce moyen de séduction. Parmi ces moyens, la Loi islamique a interdit aux femmes de sortir sans vêtement conforme aux textes, et les a obligées à obéir à leur mari, de même, elle a interdit le tête-à-tête entre femme et homme avec lequel elle peut se marier, ainsi que le fait de voyager sans Mahram. Tout ceci a été instauré pour prévenir la séduction. L’avis de certains jurisconsultes selon lequel les femmes peuvent visiter la tombe du Prophète ﷺ et de ses Compagnons est un avis dépourvu de preuves, car l’interdiction porte sur toutes les tombes en général. Par contre, la visite des tombes est recommandée aux hommes, mais sans qu’elle soit le but de leur voyage, conformément au hadith du Prophète ﷺ : « Visitez les tombes, car elles vous rappellent l’au-delà. »[2]

Mais il n’est pas permis de voyager dans le seul but de visiter les tombes. Par contre, il est permis de voyager dans le but de visiter les trois mosquées. En effet, le Prophète ﷺ a dit :
« Il n’est pas permis de voyager dans le but de visiter les mosquées, excepté les trois : la mosquée al-Haram (Mekka), ma mosquée (Al Madina) et la mosquée al-Aqsâ (Jérusalem). »[3]

Une fois que le musulman a visité la mosquée du Prophète ﷺ il la fait suivre de la visite des tombes du Prophète ﷺ de ses Compagnons, des martyrs du cimetière al-Baqî’ et la mosquée Qubâ, sans avoir à effectuer un voyage. Par contre, s’il réside à Al Madina, il lui est permis de visiter la tombe du Prophète ﷺ de ses Compagnons, du cimetière al-Baqî’ et la mosquée Qubâ. Mais, effectuer un voyage dans le seul but de visiter ces lieux n’est pas permis, selon l’avis le plus sûr des savants, conformément au hadith : « Il n’est pas permis de voyager dans le but de visiter les mosquées, excepté les trois : la mosquée al-Haram (Mekka), ma mosquée (Al Madina) et la mosquée al-Aqsâ (Jérusalem). »

Par contre, s’il décide de visiter la mosquée du Prophète ﷺ la visite de sa tombe et des autres peuvent être inclues dans ce voyage. Quand il arrive à la mosquée, il prie le nombre de Rakcât qu’il peut, rend visite à la tombe du Prophète ﷺ et à celles de ses deux Compagnons (Abû Bakr et ‘Umar رضي الله عنهما) ; il récite la prière sur le Prophète ﷺ il fait des invocations pour le Prophète ﷺ puis salue et fait des invocations pour Abû Bakr رضي الله عنه puis pour Umar رضي الله عنه ceci conformément à la Sunna.

De même, quand il visite les autres villes, comme Damachq, Al Qahira, Riyadh ou autre, il est recommandé d’aller visiter les tombes, puisque c’est une source d’exhortation, de rappel et de bienfaisance envers les morts, en faisant des invocations et en implorant la miséricorde d’Allah sur eux, s’ils sont musulmans. En effet, le Prophète ﷺ a dit : « Visitez les tombes, car elles vous rappellent l’au-delà. »[4]

Il enseignait à ses Compagnons, lors de la visite des tombes, de dire : « Que le salut soit sur vous, ô gens de ces demeures, parmi les croyants et les musulmans, et nous allons, si Allah le veut, vous rejoindre. Nous demandons à Allah le salut pour nous et pour vous. Qu’Allah accorde Sa grâce à ceux qui sont morts avant nous et à ceux qui vont les suivre. »[5]

Ceci est la Sunna (c’est-à-dire que l’objet de son voyage ne doit pas être la visite des tombes). De même, il ne doit pas invoquer les morts mais il doit invoquer Allah, car ceci est un acte de polythéisme et d’adoration voué à autre qu’Allah, et Allah l’a interdit à Ses serviteurs : « Les mosquées sont consacrées à Allah : n’invoquez donc personne avec Allah. »[6]

Il a dit aussi, qu’Il soit Exalté : « Tel est Allah, votre Seigneur : à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d’un noyau de datte. Si vous les invoquez, ils n’entendent pas votre invocation ; et même s’ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé. »[7] Allah montre qu’invoquer les morts est un acte de polythéisme et d’adoration d’autre chose en dehors de Lui. Dans le même sens, on lit la parole d’Allah : « Et quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve évidente [de son existence], aura à en rendre compte à son Seigneur. En vérité, les mécréants, ne réussiront pas. »[8]

Allah qualifie cette invocation de mécréance ; c’est pourquoi le musulman doit y prendre garde. De même, il incombe aux savants d’expliquer aux gens ces notions, afin de les mettre à l’abri du polythéisme, car beaucoup de gens, quand ils passent devant une tombe vénérée, implorent du mort le secours, lui demande la guérison, la victoire, et ceci constitue un acte de grand polythéisme, qu’Allah nous en préserve. En effet, c’est à Allah que l’on demande tout cela, et non aux morts ou autres créatures. Par contre, on peut demander aux vivants ce qui leur est possible de faire, à condition qu’il soit présent et entende la requête ou la lise, comme par exemple, demander de l’aide aux gens pour construire une maison, car il existe entre eux une relation d’amitié ou d’entraide. Cela est permis, comme Allah, qu’Il soit élevé, le rapporte dans le récit de Mûssâ : « L’homme de son parti l’appela au secours contre son ennemi. »[9]

Par contre, si tu demandes à un mort, un absent ou à un objet comme les idoles, de guérir un malade, de l’assister pour combattre les ennemis ou tout autre service, cela fait partie du polythéisme majeur. De même, demander à un être vivant présent un service qui n’est que du pouvoir d’Allah, Exalté, fait partie du polythéisme. Invoquer un absent signifie que l’on croit qu’il connaît l’invisible ou entend l’invocation, même s’il est loin. Cette croyance est évidemment fausse et entraîne la mécréance de celui qui y croit. Allah le Très-Haut dit : « Dis : « Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Inconnaissable, à part Allah ». »[10]

Lorsque l’on croit que cette personne que l’on invoque possède des pouvoirs qui lui permettent de gérer l’univers, c’est-à-dire qu’il accorde la subsistance à qui il veut et en prive qui il veut, à l’instar de certains ignorants qui nomment certaines personnes Walî (bien-aimé, proche d’Allah), on a commis un acte de polythéisme dans la Seigneurie (Rububiyya) d’Allah, et c’est pire encore que le polythéisme des adorateurs des idoles.

Par conséquent, la visite des morts qui est permise est une visite de bienfaisance, une occasion pour invoquer la miséricorde pour eux, un rappel pour soi et une préparation pour l’au-delà : tu te rappelles que tu vas mourir comme eux, ce qui t’incite à te préparer pour l’au-delà, à invoquer Allah pour tes frères musulmans morts, à implorer pour eux la miséricorde et le pardon. C’est cela la sagesse que l’on tire de la visite des tombes autorisée.
Et Allah est Celui Qui accorde la réussite.

Fatwa de cheikh Ben Baz.
Majmu’ Fatâwâ wa Maqâlât Mutanawicat, tome 5, page 332-335

[1] Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (5096), Muslim dans le chapitre du rappel (2740).
[2] Muslim dans son Sahîh dans le chapitre des funérailles (108-976).
[3] Al-Bukhârî dans le chapitre du mérite de la prière (1197), Muslim dans le chapitre du pèlerinage (827).
[4] Muslim dans le chapitre des funérailles (108-976).
[5] Muslim dans le chapitre des funérailles (974-975).
[6] Les Djinns, v. 18.
[7] Le Créateur, v. 13-14.
[8] Les Croyants, v. 117.
[9] Le Récit, v. 15.
[10] Les Fourmis, v. 65.

 

 هل تشرع زيارة القبور للنساء؟

 ثبت عن رسول الله عليه الصلاة والسلام أنه لعن زائرات القبور من حديث ابن عباس، ومن حديث أبي هريرة، ومن حديث حسان بن ثابت الأنصاري رضي الله عنهم جميعا، وأخذ العلماء من ذلك أن الزيارة للنساء محرمة؛ لأن اللعن لا يكون إلا على محرم، بل يدل على أنه من الكبائر؛ لأن العلماء ذكروا أن المعصية التي يكون فيها اللعن أو فيها وعيد تعتبر من الكبائر.
فالصواب أن الزيارة من النساء للقبور محرمة لا مكروهة فقط. والسبب في ذلك – والله أعلم – أنهن في الغالب قليلات الصبر، فقد يحصل منهن من النياحة ونحوها ما ينافي الصبر الواجب وهن فتنة، فزيارتهن للقبور واتباعهن للجنائز قد يفتتن بهن الرجال، وقد يفتتن بالرجال، والشريعة الإسلامية الكاملة جاءت بسد الذرائع المفضية إلى الفساد والفتن، وذلك من رحمة الله بعباده، وقد صح عن رسول الله عليه الصلاة والسلام أنه قال: «ما تركت بعدي فتنة أضر على الرجال من النساء (1) » متفق على صحته. فوجب بذلك سد الذرائع المفضية إلى الفتنة المذكورة … ومن ذلك ما جاءت به الشريعة المطهرة من تحريم تبرج النساء، وخضوعهن بالقول للرجال وخلوة المرأة بالرجل غير المحرم، وسفرها بلا محرم وكل ذلك من باب سد الذرائع المفضية إلى الفتنة بهن، وقول بعض الفقهاء: إنه استثني من ذلك قبر النبي صلى الله عليه وسلم وقبر صاحبيه رضي الله عنهما – قول بلا دليل، والصواب أن المنع يعم الجميع، يعم جميع القبور حتى قبر النبي صلى الله عليه وسلم، وحتى قبر صاحبيه رضي الله عنهما. وهذا هو المعتمد من حيث الدليل.
وأما الرجال فيستحب لهم زيارة القبور وزيارة قبر النبي

(1) صحيح البخاري النكاح (5096) ، صحيح مسلم الذكر والدعاء والتوبة والاستغفار (2741) ، سنن الترمذي الأدب (2780) ، سنن ابن ماجه الفتن (3998) ، مسند أحمد بن حنبل (5/210) .

عليه الصلاة والسلام وقبر صاحبيه، لكن بدون شد الرحل؛ لقوله صلى الله عليه وسلم: «زوروا القبور فإنها تذكركم الآخرة (1) » رواه مسلم في صحيحه. وأما شد الرحال لزيارة القبور فلا يجوز، وإنما يشرع لزيارة المساجد الثلاثة خاصة؛ لقوله صلى الله عليه وسلم: «لا تشد الرحال إلا إلى ثلاثة مساجد: المسجد الحرام ومسجدي هذا والمسجد الأقصى (2) » متفق على صحته، وإذا زار المسلم مسجد النبي صلى الله عليه وسلم دخل في ذلك على سبيل التبعية زيارة قبره صلى الله عليه وسلم وقبر صاحبيه، وقبور الشهداء وأهل البقيع، وزيارة مسجد قباء من دون شد الرحل، فلا يسافر لأجل الزيارة ولكن إذا كان في المدينة شرع له زيارة قبر النبي صلى الله عليه وسلم وقبر صاحبيه، وزيارة البقيع والشهداء ومسجد قباء، أما شد الرحال من بعيد لأجل الزيارة فقط فهذا لا يجوز على الصحيح من قولي العلماء؛ لقول النبي صلى الله عليه وسلم: «لا تشد الرحال إلا إلى ثلاثة مساجد: المسجد الحرام، ومسجدي هذا، والمسجد الأقصى (3) » ، أما إذا شد الرحل إلى المسجد النبوي فإن الزيارة للقبر الشريف والقبور الأخرى تكون تبعا لذلك، فإذا وصل المسجد صلى فيه ما تيسر ثم زار قبر النبي صلى الله عليه وسلم، وزار قبر صاحبيه وصلى وسلم عليه. عليه الصلاة والسلام ودعا له ثم سلم على الصديق رضي الله عنه ودعا له، ثم على الفاروق ودعا له، هكذا السنة، وهكذا القبور الأخرى لو زار مثلا دمشق أو القاهرة أو الرياض أو أي بلد يستحب له زيارة القبور لما فيها من العظة والذكرى والإحسان إلى الموتى بالدعاء لهم والترحم عليهم إذا كانوا مسلمين، فالنبي عليه السلام قال: «زوروا القبور فإنها تذكركم الآخرة (4) » ، وكان يعلم أصحابه إذا زاروا القبور أن يقولوا: «السلام عليكم أهل الديار من المؤمنين والمسلمين، وإنا إن شاء الله بكم لاحقون، نسأل الله لنا ولكم العافية، يرحم الله المستقدمين منا ومنكم والمستأخرين (5) » هذه هي السنة من دون شد الرحل، ولكن لا يزورهم لدعائهم من دون الله؛ لأن

(1) صحيح مسلم الجنائز (976) ، سنن النسائي الجنائز (2034) ، سنن أبو داود الجنائز (3234) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1569) ، مسند أحمد بن حنبل (2/441) .
(2) صحيح البخاري الجمعة (1189) ، صحيح مسلم الحج (1397) ، سنن النسائي المساجد (700) ، سنن أبو داود المناسك (2033) ، سنن ابن ماجه إقامة الصلاة والسنة فيها (1409) ، مسند أحمد بن حنبل (2/234) ، سنن الدارمي الصلاة (1421) .
(3) صحيح البخاري الجمعة (1189) ، صحيح مسلم الحج (1397) ، سنن النسائي المساجد (700) ، سنن أبو داود المناسك (2033) ، سنن ابن ماجه إقامة الصلاة والسنة فيها (1409) ، مسند أحمد بن حنبل (2/234) ، سنن الدارمي الصلاة (1421) .
(4) صحيح مسلم الجنائز (976) ، سنن النسائي الجنائز (2034) ، سنن أبو داود الجنائز (3234) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1569) ، مسند أحمد بن حنبل (2/441) .
(5) سنن النسائي الجنائز (2037) .

هذا شرك بالله – عز وجل – وعبادة لغيره، وقد حرم الله ذلك على عباده في قوله سبحانه: {وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلَا تَدْعُوا مَعَ اللَّهِ أَحَدًا} (1) وقال سبحانه: {ذَلِكُمُ اللَّهُ رَبُّكُمْ لَهُ الْمُلْكُ وَالَّذِينَ تَدْعُونَ مِنْ دُونِهِ مَا يَمْلِكُونَ مِنْ قِطْمِيرٍ} (2) {إِنْ تَدْعُوهُمْ لَا يَسْمَعُوا دُعَاءَكُمْ وَلَوْ سَمِعُوا مَا اسْتَجَابُوا لَكُمْ وَيَوْمَ الْقِيَامَةِ يَكْفُرُونَ بِشِرْكِكُمْ وَلَا يُنَبِّئُكَ مِثْلُ خَبِيرٍ} (3) فبين سبحانه أن دعاء العباد للموتى ونحوهم شرك به سبحانه وعبادة لغيره، وهكذا قوله سبحانه: {وَمَنْ يَدْعُ مَعَ اللَّهِ إِلَهًا آخَرَ لَا بُرْهَانَ لَهُ بِهِ فَإِنَّمَا حِسَابُهُ عِنْدَ رَبِّهِ إِنَّهُ لَا يُفْلِحُ الْكَافِرُونَ} (4) فسمى الدعاء لغير الله كفرا، فوجب على المسلم أن يحذر هذا، ووجب على العلماء أن يبينوا للناس هذه الأمور حتى يحذروا الشرك بالله، فكثير من العامة إذا مر بقبور من يعظمهم استغاث بهم وقال: المدد المدد يا فلان أغثني انصرني اشف مريضي، وهذا هو الشرك الأكبر والعياذ بالله، وهذه الأمور تطلب من الله – عز وجل – لا من الموتى ولا من غيرهم من المخلوقين.
أما الحي فيطلب منه ما يقدر عليه؛ إذا كان حاضرا يسمع كلامك أو من طريق الكتابة أو من طريق الهاتف وما أشبه ذلك من الأمور الحسية، تطلب منه ما يقدر عليه؛ تبرق له أو تكتب له أو تكلمه في الهاتف، تقول ساعدني على عمارة بيتي أو على إصلاح مزرعتي؛ لأن بينك وبينه شيئا من المعرفة أو التعاون، وهذا لا بأس به، كما قال الله – عز وجل – في قصة موسى: {فَاسْتَغَاثَهُ الَّذِي مِنْ شِيعَتِهِ عَلَى الَّذِي مِنْ عَدُوِّهِ} (5) الآية.
__________
(1) سورة الجن الآية 18
(2) سورة فاطر الآية 13
(3) سورة فاطر الآية 14
(4) سورة المؤمنون الآية 117
(5) سورة القصص الآية 15

أما أن تطلب من الميت أو الغائب أو الجماد كالأصنام شفاء مريض أو النصر على الأعداء أو نحو ذلك فهذا من الشرك الأكبر، وهكذا طلبك من الحي الحاضر ما لا يقدر عليه إلا الله سبحانه وتعالى، يعتبر شركا به سبحانه وتعالى؛ لأن دعاء الغائب بدون الآلات الحسية معناه اعتقاد أنه يعلم الغيب أو أنه يسمع دعاءك وإن بعد، وهذا اعتقاد باطل يوجب كفر من اعتقده، يقول الله جل وعلا: {قُلْ لَا يَعْلَمُ مَنْ فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ الْغَيْبَ إِلَّا اللَّهُ} (1) أو تعتفد أنه له سرا يتصرف به في الكون فيعطي من يشاء ويمنع من يشاء كما يعتقده بعض الجهلة في بعض من يسمونهم بالأولياء، وهذا شرك في الربوبية أعظم من شرك عباد الأوثان، فالزيارة الشرعية للموتى زيارة إحسان وترحم عليهم، وذكر للآخرة والاستعداد لها، فتذكر أنك ميت مثل ما ماتوا فتستعد للآخرة وتدعو لإخوانك المسلمين الميتين، وتترحم عليهم وتستغفر لهم، وهذه هي الحكمة في شرعية الزيارة للقبور، والله ولي التوفيق.

(1) سورة النمل الآية 65

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

La construction sur les tombes

Question :

Quel est le regard de la religion sur les constructions sur les tombes ?

Réponse :

Construire sur une tombe est interdit. En effet, le Prophète ﷺ l’a interdit, car cela incite à vénérer les morts, d’une part et c’est un moyen incitant à adorer ces tombes et à associer des divinités à Allah, d’autre part. C’est le cas de la plupart des endroits où l’on a construit sur les tombes. Les gens associent donc ces morts à Allah, ils les invoquent, alors que l’invocation des morts et la demande de leur secours est un polythéisme majeur et une apostasie. Et c’est à Allah que nous demandons l’aide.

Fatwa de cheikh Otheimine
Fatâwâ al-Aqîda, page 26.

La visite des tombes et l’invocation des morts en ces lieux

Question :

Nous souhaitons de votre éminence un conseil pour ceux qui visitent les tombes, invoquent les morts, font des vœux et leur demandent le secours et l’assistance, prétendant que ce sont des Walî (bien-aimés d’Allah).

Réponse :

Notre conseil pour ces personnes et celles qui agissent de cette manière, est de revenir à leur raison et de prendre le temps de méditer. En effet, en ce qui concerne ces prétendues tombes qui abritent des Walî, il faut : S’assurer que ce sont réellement des tombes, car il est arrivé que l’on dise que c’est la tombe d’untel, alors que c’est faux ; Si ce sont de vraies tombes, s’assurer que celui qui y est enterré était bien un Walî d’Allah, car on ne sait pas si celui qui est enterré était un Walî d’Allah ou un Walî de Satan ;

S’il s’avère que c’est un « bien-aimé d’Allah », on ne doit pas visiter la tombe pour récolter sa bénédiction, l’invoquer, lui demander secours ou assistance, mais la visite doit être l’occasion de se rappeler la mort et de faire des invocations en sa faveur, comme on le ferait pour n’importe quelle autre personne. Cependant, si cette visite implique ou on craint à cette occasion un débordement (Fitna) ou que certains commettent des excès dans la vénération de ces tombes, alors il faut les éviter, afin de ne pas commettre l’interdit ou y inciter. Par conséquent, toi, ô musulman, juge avec ta raison, car ces trois points que nous avons évoqués auparavant doivent être réunis :
L’existence effective de la tombe.
L’affirmation qu’il s’agit bien d’un Walî.

Les visiter afin d’invoquer Allah en leur faveur, car ils en ont besoin, et quelque soit leur rang, ils ne peuvent faire ni bien, ni mal, et j’insiste sur le fait que cette visite est permise tant qu’elle n’entraîne pas un interdit.
Par contre, ceux qui les visitent pour faire des vœux, faire des sacrifices et demander leur secours, commettent un acte de polythéisme majeur (Shirk Akbar), les faisant sortir de l’islam et les condamnant éternellement à l’Enfer (s’il ne se repent pas avant de mourir).

Fatwa de cheikh Otheimine
Fatâwâ al-Aqîda, page 30, 31.

L’écriture sur les tombes

Question :

Est-il permis de poser un panneau sur une tombe et d’y écrire des versets du Qur’an, en plus du nom du défunt et de la date de son décès ?

Réponse :

Il n’est pas permis d’écrire sur la tombe d’un défunt des versets du Qur’an ou autres, que ce soit sur un panneau en fer, en bois ou autre, conformément à ce qu’a rapporté Jâbir رضي الله عنه dans Sahîh Muslim : « Le Prophète ﷺ a interdit de plâtrer les tombes, de s’asseoir ou de construire dessus. » At-Tirmidhî et An-Nassâ’î ont rajouté avec une chaîne de rapporteurs authentique : « Et d’écrire dessus. »

Fatwa de cheikh Ben Baz.
Majmu Fatâwâ wa Maqâlât Mutanawicat, tome 4, page 337

سؤال: هل يجوز وضع قطعة من الحديد أو ” لافتة ” على قبر الميت مكتوب عليها آيات قرآنية بالإضافة إلى اسم الميت وتاريخ وفاته. إلخ؟

الجواب: لا يجوز أن يكتب على قبر الميت لا آيات قرآنية ولا غيرها، لا في حديدة ولا في لوح ولا في غيرهما. لما ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم من حديث جابر رضي الله عنه أنه صلى الله عليه وسلم: «نهى أن يجصص القبر وأن يقعد عليه وأن يبنى عليه (2) » . رواه الإمام مسلم في صحيحه، زاد الترمذي والنسائي بإسناد صحيح: «وأن يكتب عليه (3) » 

(1) كتاب الدعوة ج1 ص24، 25، 26.
(2) صحيح مسلم الجنائز (970) ، سنن الترمذي الجنائز (1052) ، سنن النسائي الجنائز (2027) ، سنن أبو داود الجنائز (3225) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1563) ، مسند أحمد بن حنبل (3/339) 
(3) سنن الترمذي الجنائز (1052) ، سنن النسائي الجنائز (2027) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1563) 

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

 

La construction sur les tombes

Question :

J’ai remarqué chez nous, sur certaines tombes, une pierre tombale sur laquelle est écrite le nom du défunt, la date de son décès et des phrases comme : « Qu’Allah fasse miséricorde à untel, fils d’untel ». Quel est le regard de la religion sur cette pratique ?

Réponse :

Il est formellement interdit de construire sur les tombes, de même que d’écrire dessus, conformément à l’interdiction du Prophète ﷺ dans Sahîh Muslim, selon Jâbir, qu’Allah l’agrée : « Le Messager ﷺ a interdit de plâtrer les tombes, de s’asseoir ou de construire dessus. » [Muslim] En effet, cela fait partie des exagérations et l’écriture peut avoir des conséquences néfastes dans l’exagération et les interdictions.

Par contre, il faut remettre la terre que l’on a enlevée pour creuser la tombe, par dessus ; ainsi, la tombe dépassera le niveau de la terre d’une longueur égale à l’écartement entre le pouce et l’index, afin que la tombe soit visible. Ceci est la Sunna pratiquée par le Prophète ﷺ ainsi que par ses Compagnons رضي الله عنهم concernant les tombes. De même, il n’est pas permis de la considérer comme une mosquée, de la couvrir de tissu ou de construire une coupole au-dessus, conformément au hadith du Prophète ﷺ : « Allah a maudit les juifs et les chrétiens car ils ont pris les tombes de leurs prophètes comme des lieux de prière (Masâjid). » [Al Boukhari, Muslim]

Dans le hadith tiré de Sahîh Muslim, selon Jundub ibn cAbdillah Al-Bajalî : « J’ai entendu le Prophète ﷺ avant qu’il ne meure de cinq (jours ?) dire :
« Certes, Allah m’a élu comme ami intime, comme Ibrâhîm. Et si j’avais à choisir un ami intime dans ma communauté, j’aurais choisi Abû Bakr. Certes, ceux qui étaient avant vous considéraient les tombes de leurs prophètes et des gens pieux parmi eux comme lieux de prière. Alors ne prenez pas les tombes comme mosquées, car je vous l’interdit. » [Muslim]

Les hadiths dans ce sens sont nombreux. Nous demandons à Allah d’aider les musulmans à s’attacher constamment à la Sunna de leur Prophète ﷺ et d’éviter ce qui la contredit. Il est certes Audient et Proche. Que la paix et la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur vous.

Fatwa de cheikh Ben Baz
Majmû Fatâwâ wa Maqâlât Mutanawica, tome 4, page 329

السؤال: لاحظت عندنا على بعض القبور عمل صبة بالأسمنت بقدر متر طولا في نصف متر عرضا مع كتابة اسم الميت عليها وتاريخ وفاته وبعض الجمل (اللهم ارحم فلان ابن فلان) وهكذا، فما حكم مثل هذا العمل؟ .

الجواب: لا يجوز البناء على القبور لا بصبة ولا بغيرها ولا تجوز الكتابة عليها؛ لما ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم من النهي عن البناء عليها والكتابة عليها، فقد روى مسلم رحمه الله من حديث جابر رضي الله عنه قال: «نهى رسول الله صلى الله عليه وسلم أن يجصص القبر وأن يقعد عليه وأن يبنى عليه (2) » وخرجه الترمذي وغيره بإسناد صحيح وزاد «وأن يكتب عليه (3) » ولأن ذلك نوع من أنواع الغلو فوجب منعه.
ولأن الكتابة ربما أفضت إلى عواقب وخيمة من الغلو وغيره من المحظورات الشرعية، وإنما يعاد تراب القبر عليه ويرفع قدر شبر تقريبا حتى يعرف أنه قبر، هذه هي السنة في القبور التي درج عليها رسول الله صلى الله عليه وسلم وأصحابه رضي الله عنهم، ولا يجوز اتخاذ المساجد عليها ولا كسوتها ولا وضع القباب عليها لقول النبي صلى الله عليه وسلم: «لعن الله اليهود والنصارى اتخذوا قبور أنبيائهم مساجد (4) » متفق على صحته.
ولما روى مسلم في صحيحه عن جندب بن عبد الله البجلي قال: سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم قبل أن يموت بخمس يقول: «إن الله قد اتخذني خليلا كما اتخذ إبراهيم خليلا ولو كنت متخذا من أمتي خليلا لاتخذت أبا بكر خليلا ألا وإن من كان قبلكم كانوا يتخذون قبور أنبيائهم وصالحيهم مساجد ألا فلا تتخذوا القبور مساجد فإني أنهاكم عن ذلك (5) » ، والأحاديث في هذا المعنى كثيرة.
ونسأل الله أن يوفق المسلمين للتمسك بسنة نبيهم عليه الصلاة والسلام والثبات عليها والحذر مما يخالفها إنه سميع قريب والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته.

(1) مجلة الدعوة العدد 939 في 22 \ 7 \ 1404 هـ.
(2) صحيح مسلم الجنائز (970) ، سنن الترمذي الجنائز (1052) ، سنن النسائي الجنائز (2027) ، سنن أبو داود الجنائز (3225) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1563) ، مسند أحمد بن حنبل (3/339) .
(3) سنن الترمذي الجنائز (1052) ، سنن النسائي الجنائز (2027) ، سنن ابن ماجه ما جاء في الجنائز (1563) .
(4) صحيح البخاري الصلاة (436) ، صحيح مسلم المساجد ومواضع الصلاة (529) ، سنن النسائي المساجد (703) ، مسند أحمد بن حنبل (6/146) ، سنن الدارمي الصلاة (1403) .
(5) صحيح مسلم المساجد ومواضع الصلاة (532) .

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Ce qui est permis dans un cimetière

Question :

Lors de la visite d’un cimetière, est-il permis au visiteur d’aller jusqu’à la tombe qu’il souhaite visiter ?

Réponse :

« Il suffit de s’arrêter aux premières tombes. Cependant, si il désire aller jusqu’à la tombe souhaité et la salué, il n’y a aucun mal à le faire ».

Le recueil des fatwas du cheikh Abd Al-Aziz Ben Baz
Tome 13 page 335

عند زيارة القبور هل يشرع للزائر أن يصل إلى القبر الذي يقصد زيارته؟

يكفي عند أول القبور، وإن أحب أن يصل إلى قبر من يقصد زيارته ويسلم عليه فلا بأس.

Shaykh 'Abdel-'Aziz Ibn 'Abdillah Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

L’avis concernant la fait de réciter « al-Fâtihah » dans la prière mortuaire ?

Question :

Quel est l’avis concernant le fait de réciter « al-Fâtihah » pendant la prière mortuaire ?

Réponse :

C’est obligatoire comme le Prophète ﷺ l’a dit : « Priez comme vous m’avez vu prier ». [Al Bukhari]. Et il ﷺ dit :« Il n’y a aucune prière pour celui qui ne récite pas l’ouverture du Livre. » Reconnus unanimement authentique.

Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 13/143

ما حكم قراءة “الفاتحة” في صلاة الجنازة ؟

الجواب : هذا هو المطلوب كما قال النبي (صلى الله عليه وسلم) قال: “صلوا كما رأيتموني أصلي” [1]. وكان (صلى الله عليه وسلم) قال: “لا صلاة لمن لم يقرأ بفاتحة الكتاب. “المعترف بها عالميا صحيح. [2

L’écriture d’un testament et son style

Question :

Est-ce que l’écriture d’un testament est obligatoire ? Des témoins sont-ils nécessaires ? Je ne connais pas le style dans lequel on l’écrit, et je souhaite de votre part une orientation.

Réponse :

Le testament doit être écrit de la façon suivante : « Je suis untel fils d’untel, ou fille d’untel, j’informe que j’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, Seul, sans associé, et que Muhammad est Son serviteur et Messager, que Issâ (Jésus) est le serviteur d’Allah et Son Messager et Sa parole transmise à Maryam (Marie), que le Paradis existe, que l’Enfer existe, que l’Heure arrivera sans nul doute, et qu’Allah ressuscitera les morts. Je recommande à ma famille et à mes proches de craindre Allah, d’avoir un bon comportement les uns envers les autres, d’obéir à Allah et Son Messager, de se recommander mutuellement la vérité et la patience. Je leur recommande à l’instar d’Ibrâhîm (Abraham) et Yacqûb (Jacob), quand ils s’adressèrent à leurs fils : « Ô mes fils, certes Allah vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement qu’en Soumis ! (à Allah). » [la vache verset 132]

Puis, il rappelle ce qu’il donne de son argent (à une tierce personne n’ayant pas droit à la succession), ne dépassant pas un tiers de sa fortune, clarifie ses dépenses légitimes, et nomme la personne qui se chargera de tout.
En effet, le testament n’est pas obligatoire, mais il est recommandé, conformément à ce qui a été rapporté dans les Sahîh d’al-Bukhârî et de Muslim, selon Ibn Umar, qu’Allah les agrée, le Prophète ﷺ a dit :
« Un musulman qui possède une chose dont on peut disposer après sa mort, n’a pas le droit de rester deux nuits sans que son testament ne soit écrit devant lui. » [Al Boukhari, Muslim]

Par contre, s’il a des dettes ou des droits sans preuve écrite, il doit les signaler afin que les droits des gens ne soient pas lésés. De même, il est préférable d’avoir deux témoins et de faire certifier son testament par une personne de science ; il ne doit pas se contenter de l’écrire, pour éviter toute falsification. Et c’est Allah Qui accorde le succès.

Fatwa de cheikh Ben Baz.
Revue des Recherches Islamiques, n° 33, page 111.