Le débat entre le Compagnon Abdallah Ibn Abbas et les khawarij

Le débat entre le Compagnon Abdallah Ibn Abbas et les khawarij

‘Abdullah Ibn ‘Abbaas raconte le débat :

“Lorsque les Khawarijs sont sortis, ils se sont réunis dans une de leur maison  et leur nombre était de 6000.
Alors je dis à ‘Ali : “Ô Amir Al-Mouminine! Rafraîchis nous par la Salat, car je crois que je vais aller parler avec ces gens.”
Il dit : “Je crains pour toi
Je dis : “Non ne crains rien!

Alors je me suis habillé, je me suis coiffé et je suis entré dans leur maison au milieu de la journée, alors qu’ils mangeaient.
Ils dirent : « Bienvenue à toi ! O Ibnou ‘Abbaas ! Qu’est-ce qui t’amène? ».
Je leur dis : « Je vous viens de la part des Sahabahs du Prophète ﷺ des Mouhaajirines, des Ansars et du cousin et gendre du Prophète ﷺ pour vous transmettre ce qu’ils disent. C’est en leur présence que le Quran fut révélé, et ils sont plus savants que vous au sujet de la révélation. Le Quran fut révélé parmi eux et aucun d’entre vous ne fait partie d’eux.»

Alors un groupe d’entre eux se mis à l’écart près de moi.
Je dis : « Dites-moi ce que vous reprochez aux Sahabahs et au cousin du Messager d’Allah ﷺ ? »
Ils dirent : « Trois choses. »
Je dis : « Quelles sont-elles ? »
Ils dirent : « Premièrement : Il a fait juger des hommes dans les affaires d’Allah, alors qu’Allah dit : (Le jugement n’appartient qu’à Allah) Al-An’aam : 57. Qu’est-ce que les hommes ont à faire dans le jugement ? »
Je dis : « Voilà une première chose. »

Ils dirent : « En ce qui concerne la deuxième chose que nous lui reprochons, c’est qu’il a combattu et qu’il n’a pas pris d’esclaves ni de butin de guerre. Or, si ceux qu’il combat sont des Kouffars, il est permis de les prendre comme esclaves et de prendre leur butin. Mais si ce sont des croyants, il n’est pas permis de les combattre ! »
Je dis : « Voilà le deuxième point, et quel est le troisième ? »

Ils dirent : « Il n’a pas pris le titre d’Amir Al Mou’minine (Prince des croyants); c’est donc qu’il est le prince des mécréants ! »
Je dis : « Avez-vous d’autres points à part ceux-là ? »
Ils dirent : « Cela est suffisant pour nous. »
Je leur dit : « Que dites-vous si je vous cite du Quran et de la Sounnah, ce qui réfute vos points? Reviendrez-vous? »
Ils dirent : « Oui. »

Je leur dit : « En ce qui concerne votre premier point, au sujet de faire juger des hommes dans les affaires d’Allah, je vais vous citer ce qu’Allah a laissé aux hommes le soin de juger; comme c’est le cas du prix de ¼ de Dirham pour un lapin ou pour le petit gibier de ce genre lors de la chasse. Allah le très Haut dit : (Ô les croyants ! Ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état d’Ihram. Quiconque parmi vous en tue délibérément, qu’il compense alors, soit par quelque bête de troupeau, semblable à ce qu’il a tué, d’après le jugement de deux personnes intègres parmi vous) Al-Maidah : 95.

Et il fait partie du jugement d’Allah, qu’il a ordonné aux hommes de juger dans cette affaire. Si Allah l’aurait voulu, il en aurait jugé lui-même. Il a donc permis que des hommes soient des juges. Je vous demande par Allah! Est-ce que de prendre le jugement des hommes pour réconcilier entre les gens et pour préserver le sang est meilleur que pour un lapin? Ils dirent : « Certes cela est meilleur. » La même pour l’homme et son épouse, Allah dit : (Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux.) An-Nisa : 4 : 35.

Je vous demande par Allah! Est-ce qu’il est meilleur de prendre le jugement des hommes pour réconcilier entre les gens et pour préserver le sang que dans le jugement concernant les rapports intimes avec une femme? Ai-je répondu à ce point ?
»
Ils dirent : « Oui. »

Je dis : « En ce qui concerne votre deuxième point; qu’il a combattu sans prendre d’esclaves ni de butin…Auriez-vous pris votre mère ‘Aishah en esclavage, tout en vous permettant avec elle ce qui est permis pour d’autres? Si vous dites oui; vous avez rejeté la foi, car elle est votre mère. Et si vous dites qu’elle n’ait pas votre mère, vous avez certes rejeté la foi, car Allah dit : (Ses épouses sont leurs mères) Al-Ahzaab : 6.
Vous tournez donc entre deux égarements, essayez donc de vous en sortir.
»
Je dis : « Ai-je répondu à ce point ? »
Ils dirent : « Oui. »

Je dis : « En ce qui concerne le troisième point; qu’il s’est retiré le titre d’Amir Al-Mou’minine. Je vous amène celui que vous agréez et je vous montre. Vous avez entendu que le Prophète ﷺ a dit au Chef des croyants : « Ô ‘Ali ! Écris ceci : Voici ce que le Messager d’Allah a pris comme entente. »

Les Moushrikounes ont dit : Par Allah ! Nous ne reconnaissons pas que tu es le Messager d’Allah, et sinon nous ne t’aurions pas combattu !
Alors le Messager d’Allah ﷺ dit : « Ô Allah tu sais que je suis le Messager d’Allah ! ‘Ali, écris ceci : Voici ce que Mohammad Ibnou ‘Abdillah a pris comme entente. »

Par Allah ! Le Messager d’Allah ﷺ est meilleur que ‘Ali et il n’a pas cessé d’être prophète lorsqu’il a effacé le mot : Messager d’Allah ! Ai-je répondu à ce point ? »
Ils dirent : « Oui. »

Deux-milles [parmi les khawarij] sont revenus et le reste d’entre eux est sorti et ils furent tués dans leur égarement. Les Mouhajirouns et les Ansars les ont combattus. »

 

Le récit de ce débat est rapporté par An-Nasaa-i dans son livre “Al-Khasaa-iss” page 195 et par ‘Abdur-Razzaaq n° 1/157 et par Al-Hakim n° 2/150

Cette chaine de transmission est authentique (Hassan) à cause de Abou Zamil qui est Sammaak Ibnoul-Walid, il est Hassan
Et notre Sheikh Al-Waadi’i l’a déclaré authentique (Hassan) dans son livre “As-Sahih Al-Mousnad mimma laissa fis-sahihayn” n° 1/496
Traduit par Soulayman Al Hayiti

 

Le grand Sahabi (Compagnon) Abd Allâh ibn Abbas عبد الله ابن عباس