Le fornicateur peut-il épouser une fornicatrice ?

Le fornicateur peut-il épouser une fornicatrice ?

Le fornicateur peut-il épouser une fornicatrice ?
Cet article est-il intéressant ?

Allāh ﷻ a dit (selon la traduction rapprochée) :

الزَّانِي لا يَنكِحُ إِلاَّ زَانِيَةً أَوْ مُشْرِكَةً وَالزَّانِيَةُ لا يَنكِحُهَا إِلاَّ زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌ وَحُرِّمَ ذَلِكَ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ

« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur; et cela a été interdit aux croyants. »

Sourate 2 Verset 3

« Ce verset a causé un problème à beaucoup de personnes.

Le problème se trouve dans le sens du verset comme l’a dit l’Imām Ibn al-Qayyim رحمه الله :

هل هو خبر أو نهى، أو إباحة؟ فإن كان خبرا فقد رأينا كثيرا من الزناة ينكح عفيفة، وإن كان نهيا فيكون قد نهى الزانى أن يتزوج إلا بزانية أو مشركة، فيكون نهياً له عن نكاح المؤمنات العفائف، وإباحة له فى نكاح المشركات والزوانى، والله سبحانه لم يرد ذلك قطعاً
65/1 إغاثة اللهفان من مصايد الشيطان

« Est-ce que c’est une information, une interdiction ou une permission ?

Si on dit que c’est une information, c’est-à-dire qu’Allāh ﷻ nous informe que le fornicateur n’épouse qu’une fornicatrice et la fornicatrice n’est épousée que par un fornicateur, or nous avons vu beaucoup de fornicateurs épouser des femmes chastes.

Si nous disons que c’est plutôt une interdiction, alors, ça veut dire qu’on a interdit au fornicateur de se marier, sauf s’il se marie avec une fornicatrice comme lui ou une associatrice.

Il lui sera donc interdit de se marier avec une croyante qui est chaste et il lui sera permis d’épouser les associatrices et les fornicatrices, ce n’est pas ce qu’Allāh ﷻ veut dire ici sans doute. » (Ighāthatu l-Lahfān tome 1 page 109)

Alors, sachez d’abord que si deux personnes ont commis la fornication, puis se sont repenties sincèrement, il leur est permis de se marier sans aucun doute, car celui qui se repent de la fornication sincèrement ne peut plus être considéré comme un fornicateur.

Donc, il n’est plus concerné par le verset en question, car le verset parle du fornicateur ou de la fornicatrice.

Le grand débat ici entre les savants, c’est le cas de celui ou celle qui a commis la fornication.

Peuvent-ils se marier avec des gens chastes ou peuvent-ils se marier entre eux ? (c’est-à-dire le fornicateur et la fornicatrice) avant de se repentir ?

Si par exemple, un homme a commis la fornication avec une femme, peuvent-ils se marier sans s’être repentis ?

C’est là le grand problème !

Les savants ont divergé en plusieurs paroles concernant ce verset de la sourate an-Nūr.

Certains ont dit que le verset est spécifique à ceux sur qui il est descendu.

Cette parole est nulle, car nous avons une règle qui dit que ce qui est pris en considération, c’est la généralité du texte et non la spécificité de la cause pour laquelle le verset est descendu.

C’est-à-dire que si un texte est descendu suite à l’acte d’un ou plusieurs compagnons, suite à une situation, ou suite à la question d’un compagnon, ou même ce qui est semblable, si le texte est général, alors il ne convient pas de le restreindre à la cause pour laquelle le verset est descendu car, il est général.

De plus, si un texte est général, il ne convient pas de le restreindre sans preuve qui montre que le texte doit être restreint.

Ce premier avis est le plus faible des avis sur cette question, comme l’a dit l’Imām Muhammad al-Amīn ash-Shanqīṭī رحمه الله

Certains ont dit que le verset en question est abrogé par le verset 32 de la sourate an-Nūr où Allāh ﷻ a dit (selon la traduction rapprochée) :

وَأَنكِحُوا الأَيَامَى مِنكُمْ وَالصَّالِحِينَ مِنْ عِبَادِكُمْ وَإِمَائِكُمْ إِن يَكُونُوا فُقَرَاء يُغْنِهِمُ اللَّهُ مِن فَضْلِهِ وَاللَّهُ وَاسِعٌ عَلِيمٌ

« Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allāh les rendra riches par Sa grâce. Car la grâce d’Allāh est immense et Il est Omniscient. »

Sourate 24 Verset 32

Ils disent que le verset n’a pas fait de différence entre le mariage avec un fornicateur ou une fornicatrice.

Cet avis là aussi est nul, très faible même !

Comme l’a dit Ibn al-Qayyim رحمه الله

Il n’y a aucune contradiction entre les deux versets, Allāh ﷻ a ordonné de marier les célibataires et il a interdit le mariage avec la fornicatrice, comme il a interdit de marier une femme en période de viduité ou ceux qui sont des mahārim.

Où est l’abrogeant et l’abrogé dans cela ?

Et si on se base sur les fondements des imām ach-shāfiī, Ahmad et Mālik رحمهم الله on ne peut pas dire que le texte général abroge un texte qui est spécifique , on doit plutôt restreindre le texte général par le texte qui est spécifique, que le texte général ait été révélé avant ou après le texte spécifique.

C’est selon les fondements de l’Imām Abū Hanīfah qu’on peut ici parler d’abrogation, mais l’avis juste, c’est celui de la majorité, car travailler avec deux textes tant qu’on peut prévaut sur le fait de travailler avec un seul texte et délaisser l’autre.

Ici, le verset où Allāh ﷻ dit :

« mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes…»

en apparence est général, car on peut dire ici qu’on a pas exempté le fornicateur ou la fornicatrice, or le verset où Allāh ﷻ dit :

« le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice…»

est spécifique, car ici, il interdit d’épouser un fornicateur ou une fornicatrice.

Donc, parler d’abrogation dans ce cas ne tient pas.

Mais, on peut dire comme l’ont dit certains savants, peut-être qu’ils ont vu que dans le verset, on a précisé les gens de bien parmi vos esclaves, et lorsqu’Allāh ﷻ a parlé des gens libres, parlant des célibataires, il n’a pas précisé ” les gens de bien ” comme il l’a fait pour les esclaves.

Allāh ﷻ est le plus savant.

D’autres savants, comme Ibn Jarīr et Ibn Kathīr رحمهما الله ont dit que ce qui est voulu dans le verset par le terme ” nikāh “, c’est le coït, c’est-à-dire n’a des rapports sexuels avec la fornicatrice, ne commet la fornication avec une fornicatrice qu’un fornicateur ou un associateur, et ne commet la fornication avec un fornicateur qu’une fornicatrice ou une associatrice.

Il est connu qu’il est interdit à la fornicatrice musulmane de se marier avec un associateur, or si le mot ” nikāh ” ici signifiait l’acte de mariage, il serait permis pour elle de se marier avec un associateur, pourtant, cela est interdit.

Mais cet avis aussi n’est pas juste, comme l’a dit Shaykh al-Islām Ibn Taymiyyah رحمه الله car premièrement, il n’y a pas dans le Qurʾān le terme ” nikāh ” sans qu’il ne soit visé par ce terme l’acte de mariage, même s’il englobe également le terme coït.

C’est-à-dire dans le terme ” nikah “.

Quant à ne viser que le coït à travers le terme ” nikāh “, ceci n’existe pas dans le Qurʾān.

Deuxièmement, la cause de la descente du verset.

Le verset est descendu suite à une question qui a été posée au Prophète ﷺ.

Un compagnon a demandé au Prophète ﷺ s’il pouvait épouser une femme qui était fornicatrice, le verset est descendu et le Prophète ﷺ lui a dit de ne pas l’épouser.

Alors, comment peut-on faire sortir la cause de la descente du verset du terme nikāh ?!

C’est-à-dire que le verset est descendu justement à cause de quelq’un qui demande s’il peut épouser une fornicatrice, donc, comment peut-on dire que ce qui est voulu dans le verset par le terme ” nikāh ” ce n’est pas le mariage mais le coït ?

Troisièmement, le fornicateur peut forcer une femme à avoir des rapports avec lui, il est fornicateur, mais elle n’est pas considérée comme fornicatrice, car elle a été forcée.

Donc, va-t-on dire que le fornicateur n’a des rapports sexuels qu’avec une fornicatrice ?

Quatrièmement, si c’est le coït qui était voulu ici, pourquoi mentionner l’associateur ou l’associatrice ?

Car s’il fornique avec une associatrice, elle est alors une fornicatrice, de même si une femme fornique avec un associateur, c’est un fornicateur.

Donc, pas besoin de préciser associateur ou associatrice, car les mots fornicateur et fornicatrice les englobent déjà.

Cinquièmement, juste au niveau du verset d’avant, c’est-à-dire le verset numéro deux, Allāh ﷻ a dit (selon la traduction rapprochée) :

الزَّانِيَةُ وَالزَّانِي فَاجْلِدُوا كُلَّ وَاحِدٍ مِّنْهُمَا مِائَةَ جَلْدَةٍ

« La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. »

Sourate 24 Verset 2

Donc, pourquoi parler encore de l’interdiction de la fornication au verset 3, alors que juste avant, on voit bien l’interdiction de la fornication ?

Car le troisième avis veut dire que le verset parle de l’interdiction de la fornication et non du mariage, puisqu’ils disent que ce qui est voulu, c’est le coït et non le mariage.

C’est pourquoi, l’avis le plus juste, Allāh ﷻ est le plus savant, c’est l’avis de Shaykh al-Islām Ibn Taymiyyah, d’Ibn al-Qayyim et bien d’autres, qui est qu’il est interdit aux croyants d’épouser des fornicatrices, car Allāh dit juste à la fin du verset :

« et cela a été interdit aux croyants ».

Qu’est-ce qui a été interdit aux croyants ?

C’est ce qui est cité dans le verset, c’est-à-dire le mariage avec une fornicatrice ou un fornicateur.

Et Allāh ﷻ a dit (selon la traduction rapprochée) :

الْيَوْمَ أُحِلَّ لَكُمُ الطَّيِّبَاتُ وَطَعَامُ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ حِلٌّ لَّكُمْ وَطَعَامُكُمْ حِلُّ لَّهُمْ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الْمُؤْمِنَاتِ

« Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. Vous sont permises les femmes vertueuses d’entre les croyantes…»

Sourate 5 Verset 5

Allāh ﷻ a dit « les femmes vertueuses », or celles qui forniquent ne sont pas considérées comme des femmes vertueuses.

Quel est alors le sens du verset 3 de la sourate an-Nūr ?

« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice…»

C’est-à-dire que le fornicateur qui veut se marier avec une femme, soit cette dernière se conforme au jugement d’Allāh ﷻ en l’acceptant, soit elle refuse et s’y oppose.

Si elle accepte le jugement d’Allāh ﷻ, elle ne le renie pas.

Donc, elle sait que ce fornicateur n’a pas le droit de se marier avec elle, mais malgré cela, si elle accepte de se marier avec lui, elle est alors une fornicatrice, car ce mariage n’est pas valide.

Elle sera donc dans la fornication.

Et si elle renie le jugement d’Allāh ﷻ en refusant cela, elle devient alors mécréante et associatrice en même temps.

C’est pourquoi Allāh ﷻ a dit :

« le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice…»

De même lorsqu’Allāh ﷻ dit (selon la traduction rapprochée) :

« et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur…»

C’est-à-dire que si une fornicatrice veut se marier avec un homme, soit ce dernier accepte le jugement d’Allāh ﷻ, il ne le renie pas, il accepte que c’est interdit pour lui d’épouser une fornicatrice.

Mais si malgré cela, il le fait, alors son mariage n’est pas valide et il est considéré comme un fornicateur.

Et s’il renie le jugement d’Allāh ﷻ, il est alors mécréant et en même temps associateur.

De là apparaît clairement le sens du verset

« et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur…»

Or, comme Allāh ﷻ a dit :

« et ceci a été interdit aux croyants…»

C’est-à-dire qu’il est interdit à un croyant d’épouser une fornicatrice ou une associatrice, de même, il est interdit à une croyante d’épouser un fornicateur ou un associateur.

Et si quelqu’un nous dit :

« N’est-il pas permis à un musulman d’épouser une juive ou une chrétienne ?

Les juifs et les chrétiens ne sont-ils pas aussi des associateurs ?

Donc, pourquoi dites-vous qu’il est interdit à un croyant d’épouser une associatrice ? »

Nous disons qu’il n’y a aucun problème.

Oui, les juifs et les chrétiens sont aussi des associateurs, mais Allāh ﷻ les a exemptés dans les associatrices qui nous sont interdites.

Donc, un texte général qui est restreint par le texte qui nous autorise à épouser les juives et les chrétiennes, en dehors d’elles, il nous est interdit d’épouser des associatrices.

En résumé, il faut savoir qu’il y a des savants qui voient qu’un croyant chaste peut épouser une fornicatrice, même si la fornicatrice ne s’est pas encore repentie.

De même, la croyante vertueuse peut épouser un fornicateur, même s’il ne s’est pas encore repenti.

Et il y a d’autres savants qui voient que cela n’est pas permis et que ce genre de mariage n’est pas valide.

C’est l’avis le plus juste et Allāh ﷻ est le plus savant.

Mais si le fornicateur ou la fornicatrice se repent, le mariage est alors autorisé et valide.

De même, si deux personnes ont forniqué et se repentent par la suite, alors elles peuvent se marier, comme l’a dit Shaykh Muhammad Ibn Sālih al-ʿUthaymīn رحمه الله

Toute fois, il faut savoir qu’en dehors du repentir de celle qui a commis la fornication, celui qui veut l’épouser après son repentir devra attendre la période d’une menstrue, comme l’a dit le Shaykh Muhammad Ibn Sālih al-ʿUthaymīn.

Quant à ceux qui parlent de trois mois, il n’y a pas de preuve claire justifiant cela.

Et Allāh ﷻ est le plus savant.

Copié de la chaine Telegram
Traduction vérifiée et revue par Mouhammad Wora (محمد ورا)
Publié par minhajsalafi.com

Publicité / إعلانات