Tafsir du Verset 3 de la Sourate Youssouf

Cet article est-il intéressant ?

Tafsir du Verset 3 de la Sourate Youssouf

Allah dit dans le Qur’an :

نَحْنُ نَقُصُّ عَلَيْكَ أَحْسَنَ الْقَصَصِ بِمَا أَوْحَيْنَا إِلَيْكَ هَذَا الْقُرْآنَ وَإِن كُنتَ مِن قَبْلِهِ لَمِنَ الْغَافِلِينَ

Nous allons te narrer une des plus belles histoires que contient le Qur’an et que tu ne connaissais pas jusqu’alors

Sourate Youssouf Verset 3

Explication :

Voici les versets d’un Livre clair, le Qur’an, qui montre et explique les choses ambiguës, révélé en langue arabe qui est la plus riche, et donne des sens qui auront leur effet sur les âmes.
Donc ce Livre est le plus noble des autres Ecritures, en langue très noble, révélé au plus noble des Prophètes par l’intermédiaire du plus noble des anges et dans un des plus nobles pays, pendant le plus noble des mois lunaires qui est Ramadan.

Et l’histoire, sujet de cette sourate, est la plus belle histoire que contient le Qur’an.
A propos de la révélation de cette sourate, on a rapporté que les Compagnons dirent à l’Envoyé d’Allah ﷺ : «O Envoyé d’Allah, si tu nous racontes quelques histoires? », ce verset alors fut révélé: «Nous allons te narrer une des plus belles histoires».

A propos de ce verset qui renferme un éloge du Qur’an et qu’il suffit des autres Livres célestes révélés, on rapporte le récit suivant d’après Jabir Ibn Abdillah: «Ûmar Ibn Al Khattab vint trouver le Prophète ﷺ ayant en main une partie des Écritures des Gens du Livre. En lui lisant ce qu’elle contenait, l’Envoyé d’Allah ﷺ s’irrita et dit:

« En êtes vous épris ô Ibn Al-Khattab! Par celui qui tient mon âme dans Sa main, je vous ai apporté la religion claire et nette. Vous ne leur (les Gens du Livre) demandez une chose et ils vous répondent la vérité sans que vous la traitiez de mensonge. Et ils ne vous racontent que des erreurs, sans que vous les croyiez. Par celui qui tient mon âme en Sa main, si Moussa était vivant il serait obligé de me suivre ».

Abdullah Ben Thabet raconte: « Ûmar vint auprès de l’Envoyé d’Allah ﷺ – et lui dit: « O Envoyé d’Allah, j’ai passé par l’un de mes frères de Bani Qouraidha qui m’a transcrit quelques enseignements du Pentateuque. Puis-je te les exposer? » A ce moment le visage de l’Envoyé d’Allah ﷺ s’assombrit. Je dis à Ûmar: «N’as-tu pas remarqué le visage assombir de l’Envoyé d’Allah ?» Ûmar s’écria alors: « Je me contente de prendre Allah comme Seigneur, l’Islam comme religion et de Mouhammad comme Messager ».

Le visage de l’Envoyé d’Allah ﷺ s’éclaira et dit: « Par Celui qui tient l’âme de Mouhammad dans Sa main, si Moussa était encore vivant parmi vous, que vous le suiviez en me laissant, vous vous seriez égarés. Vous êtes ma part des nations et je suis votre part des Prophètes »

Tafsir Ibn Kathir Page 508-509

509-508 تفسير ابن كثير

Imam Ismâ’îl Ibn ‘Ûmar Ibn Kathîr – الإمام اسماعيل بن عمر بن كثير